: « Les 70 ans est une bibliothèque qui m’a appris beaucoup de choses … », Georges Ravoteur Vice-président de l’Aag-Ci

« Les réels bénéfices, seule la presse peut tirer le bilan de ces années écoulées », c’est dans une interview accordée par Georges Ravoteur, vice-président à la rédaction du Nouvelles du Continent (NDC) lors de la célébration des 70 ans de l’Association des Antillais et Guyanais de Côte d’Ivoire (Aag-Ci)

L’Association des Antillais et Guyanais de Côte d’Ivoire (Aag-Ci) vient de fêter ses 70 ans de présence dans notre pays. Que commentez-vous vis-à-vis de cet événement ?

Pour nous, les 70 ans ont été une très belle fête avec certes un nombre réduit de personnes, mais nous avons eu de la qualité dans tous les services, notamment un chanteur guadeloupéen dénommé Fred, que le public ivoirien ne connaissait pas et qui nous a donné un spectacle extraordinaire. Ce qui pour nous est une belle chose pour le rapprochement des deux peuples. Le fait marquant a été l’exposition des tous premiers membres, notamment les membres fondateurs et les différents bureaux qui ont géré l’association.

Quel est le symbolisme de cette commémoration ?

Moi qui ai pris en cours l’association, j’ai appris pas mal de choses. Je savais déjà l’historique de l’association, cependant les photos de certaines personnes qui étaient mes amis et parents, dont je ne savais pas qu’elles avaient vécu en Côte d’Ivoire me réjouissent beaucoup. Par exemple madame Berne, qui était l’une de mes amis et qui est décédée l’année dernière. Ce sont des émotions qui nous révèlent toute une histoire cachée et dont les images nous amènent loin. C’est toute une histoire qui se réveille en nous qui étions de jeunes enfants à l’époque où ces gens-là sont arrivés. Puisque, j’avais sept ans à cette époque et je ne savais pas qu’une association de nos compatriotes existait ici et même en arrivant en Côte d’Ivoire, c’est tout à fait par hasard que l’une des présidentes de l’association m’a invité à venir dans la structure. J’étais vraiment étonné de me rendre compte qu’elle existait et depuis lors j’ai participé à toutes les réunions et manifestations.

Quels bénéfices tire l’Aag-Ci de tout ce qu’elle a accompli en Côte d’Ivoire durant les 70 ans de son existence ?

Le bénéfice est que je dois de prime abord remercier la presse, qui a fait en sorte que cette association soit connue partout et c’est une excellente chose. Le reste est que tout le monde a fait son travail correctement je pense. Parlant de réels bénéfices, seule la presse peut tirer le bilan de ces années écoulées.

Les festivités des 70 ans continuent à ce qu’il se raconte. Quels événements majeurs vont meubler la célébration ?

La suite sera pour le mois de décembre qui accueillera le grand bal de clôture des 70 ans pour l’association. En ce qui me concerne, il y aura le carnaval ivoiro-antillais de Cocody en juin 2023, dont je suis l’initiateur et le promoteur. Espérons qu’il ne pleuve pas durant son mois de déroulement. Je l’espère grandiose comme cela a été le cas pour les éditions passées.

Propos recueillis par Narcisse KONAN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Notice: ob_end_flush(): Failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/nouvellesduconti/public_html/wp-includes/functions.php on line 5373