Gaza: le Conseil de sécurité de l’ONU adopte une résolution appelant à un cessez-le-feu

Le Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) a adopté lundi une nouvelle résolution appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza pendant le mois de Ramadan. Une résolution qui intervient alors qu’Israël poursuit ses tueries contre les palestiniens. 

La résolution « exige un cessez-le-feu immédiat pour le mois de Ramadan, respecté par toutes les parties, conduisant à un cessez-le-feu durable, et exige également la libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages ». La résolution exige également un accès humanitaire pour répondre aux besoins médicaux et autres besoins humanitaires à Gaza, et que les parties « respectent leurs obligations en vertu du droit international à l’égard de toutes les personnes qu’elles détiennent ».


Cette résolution qui a été adoptée lundi par les 14 membres du Conseil de sécurité, les Etats-Unis n’ayant pas voté « oui » mais laissant passer sans y opposer de véto, n’a pas été sans menace de la part d’Israël. Le Premier ministre israélien a menacé Washington de brouille diplomatique. Il a déclaré qu’il n’enverrait pas de délégation comme prévu à Washington si les États-Unis n’opposent pas leur veto à la proposition du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à un cessez-le-feu à Gaza.

« Certaines modifications clés ont été ignorées, notamment notre demande d’ajouter une condamnation du Hamas. Nous n’étions pas d’accord sur tout dans la résolution. Pour cette raison, nous n’avons pas pu voter « oui ». Mais nous soutenons pleinement certains des objectifs critiques de cette résolution non contraignante et nous pensons qu’il était important que le Conseil s’exprime et indique clairement que tout cessez-le-feu doit s’accompagner de la libération des otages », a déclaré l’ambassadrice américaine auprès de l’ONU, Linda Greenfield.

Le vote de lundi marque la première fois que le Conseil de sécurité s’accorde sur une résolution, après quatre tentatives précédentes qui ont échoué. La résolution est juridiquement contraignante, mais il est peu probable qu’elle change les faits, car ni Israël ni le Hamas ne devraient la respecter.

 

 

S.E/D/R-NDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *